Archives de Tag: critique

The future – Miranda July – 2011

Ca m’arrive pas souvent mais, de temps en temps, je vois des films avant leur sortie (mais oui mais oui, j’ai bien vu des films avant leur sortie!). Ca a été le cas pour The future même si ça n’a servi à rien pour cette critique que j’écris alors que le film sort dans les salles de notre beau pays. Même que Miranda July était là pour présenter son film et tout, de son aspect physique à son intonation, était révélateur de ce que j’allais voir : sensible mais titubant, un peu fou et pourtant pas très chaleureux, avec un soupçon de tristesse… The future et Miranda July semblent être le résultat d’une même recette.

The future by Miranda July

When Sophie (Miranda July) and Jason (Hamish Linklater) decide to adopt a stray cat, their perspective on life changes radically, literally altering the course of time and space and testing their faith in each other and themselves.

En réalité, tout démarre avec l’adoption d’un chat par un couple casé. Le temps d’être soigné, celui-ci débarquera dans leur vie un mois plus tard puis il y restera sans doute plus d’une décennie, le temps de mourir. A ce moment là nos jeunes tourtereaux seront devenus de vieux tourtereaux n’ayant plus grand chose à espérer de la vie!
C’est à ce triste constat qu’arrive notre couple de héros et c »est un rien bouleversant pour eux. Ils ont donc un mois avant l’arrivée de Paw Paw pour mener leur vie à un endroit satisfaisant. La grande force du film est de poser des questions habituelles sans pour autant les traiter communément. Le film mélange « science-fiction » et romance, quête initiatique et routine. Car la réponse de nos héros à la fatalité de leur vie est dans le changement, la déviation vers un autre chemin qui mène pourtant à la même destination.

Miranda July dans un Tee shirt

Le film nous offre des moments exceptionnels, d’une poésie rare, mais celle-ci nécessite de la patience car elle trouve sa force dans son opposition à la banalité de la vie. Le chat narrateur n’est qu’un exemple de ce que peut nous proposer ce film.
Mais l’équilibre est précaire et parfois on s’ennuie face à ces personnages indécis, perdus dans un questionnement millénaire. Pourtant, si on se laisse porter, si l’on accepte qu’on puisse dialoguer avec la lune, alors on trouve un souffle assez rare dans ce film et l’on en ressort ébranlé.

Le cast de The future

Publicités

1 commentaire

Classé dans Films

Le moine – Dominik Moll – 2011

Après une petite baignade avec mon père (oui c’est les vacances et il a une piscine) alors qu’on glandait comme deux célibataires que nous ne sommes même pas, nous est venue l’idée d’aller au ciné!

Sauf qu’il habite Cahors et qu’y a que deux salles alors niveau choix c’est vite vu :

Blue Valentine qui me tentait bien  mais en V.O et mon père lit mal les sous-titres

ou

Le moine, film français donc toujours en V.O mais y a pas de sous-titres alors c’est cool. Quand je dis cool, c’est loin d’être ce qui m’est venu à l’esprit quand on a évoqué ce film. Même chose pour mon père. Ce qu’il m’a d’ailleurs dit et qui montre bien à quel genre de catégorie on associe ce film avant même de l’avoir vu c’est : « Ah on pourrait se cultiver un peu… ».

Oui parce qu’on le voit vite venir le mec qui a fait que des films chiants et qui continue avec un Vincent Cassel barbu dans un monastère où il est soumis à la tentation. Et comme (presque) à chaque fois on a tort et pas tort à la fois.

Parce que, oui ce n’est pas une révélation, ce film est effectivement légèrement chiant puisqu’il se concentre sur le sens et que ça nous attire à la rigueur dans un livre mais rarement au ciné. Mais voilà le sens, une fois qu’on est forcé d’être devant on peut apprécier. Bon il se trouve que là ça cassait pas trois pattes à un canard. Sorte d’Oedipe mixé à la religion chrétienne. On y retrouve les éléments de la tragédie, un destin inexorable sauf que les dieux grecs ont été remplacé par un Dieu unique, voir par son antagoniste. Fallait pas défier mémé!

Sur mon échelle de Skapin qui va de 0 à 5 je lui mettrai la moyenne ou alors juste en dessous genre 2,25 parce que ça a beau pas être chiant et plutôt bien mené y a quand même des effets (fondus I’m looking at you) qui devraient être punis par la loi et puis bon, j’ai aucune envie de revoir ce film dans la suite de ma vie et ça c’est motif d’exclusion de la zone 2,5-5.

La vieille dame derrière moi a bien kiffé par contre genre signe de croix et recommandations orales alors à vous de voir.

See ya!

2 Commentaires

Classé dans Films